Le Punk

9) Le Punk :

Le punk est un mouvement culturel contestataire apparu au milieu des années 1970. Le mouvement punk exprime une révolte contre les valeurs établies, qui privilégie l'expression brute et spontanée. Le punk est porteur d'une volonté de « tabula rasa » mais aussi d'un renouveau culturel, l'émergence d'une nouvelle énergie, synonyme d'une liberté de création maximum (labels indépendants, Do it yourself, fanzines, mode, graphisme).
Ce mot viendrait de punk, mot anglais signifiant sans valeur, il est accepté avec ironie par les punks puisqu'ils rejettent les « valeurs établies ». Dans les années 1950, a punk, représentait la petite amie masculine qui attendait le prisonnier à sa sortie. Le « mouvement punk » est associé au nihilisme, au mouvement Dada, au mouvement anarchiste et au mouvement alternatif (squat, labels indépendants, antimilitarisme, anticonformisme, végétarisme, féminisme, mouvement autonome, etc).
Le mouvement punk a un genre musical associé, le punk rock, comportant de nombreux sous-genres, non exclusifs dont l'anarcho-punk, le punk hardcore et le ska punk.

Histoire :

À l'origine aux États-Unis, le mot punk décrit la musique basée sur des guitares électriques des groupes « Garage » des 60's tels The Sonics, The Seeds, 13th Floor Elevators et des groupes de Détroit, The Stooges et MC5. Ce qui est maintenant appelé 60's punk ou protopunk pour éviter une confusion. Le mot punk aurait été utilisé la première fois par Lester Bangs (critique rock) pour qualifier la musique des motors city five (MC5).
Les influences du punk-rock sont aussi des groupes de glam rock tels que The New York Dolls, mais aussi les groupes de rock britannique comme The Who, The Kinks première manière et les artistes de l'avant-garde new wave new-yorkaise (Patti Smith, Suicide, Television) et The Heartbreakers avec Johnny Thunders et Jerry Nolan. On constate un fort désir de retourner à la spontanéité et la simplicité du rock primitif et un rejet de ce que les punks ont perçu comme prétentieux, mercantile et pompeux dans l'arena rock (en) des années 1970, engendrant les formes grandiloquentes du heavy metal et du rock progressif. Par contraste, le punk a délibérément renforcé la simplicité de ses mélodies, refusant toute démonstration ostentatoire de virtuosité et engageant n'importe qui à former son propre groupe dans sa cave ou son garage. Les paroles ont apporté une nouvelle radicalité d'expression dans les sujets politiques et sociaux, traitant souvent de l'ennui urbain et du chômage. Les thèmes sexuels étaient abordés de façon crue et ne se limitaient plus à l'amour sublimé qui était chanté ailleurs ou aux métaphores suggestives (et souvent transparentes, d'ailleurs) qui avaient cours dans le rock (puis la pop) et qui avaient suscité à l'origine de vives polémiques.
Aux États-Unis, les Ramones ont posé, à partir de 1974, les jalons du punk américain dans une version qui reste alors très rock'n'roll et parfois considérée comme les prémices du punk rock. The Germs, formés autour de Pat Smear, ont sorti en 1977 leur single Forming/Sexboy (live), souvent considéré comme le tout premier disque punk de Los Angeles. Richard Hell est un autre jalon important, tant pour l'image (t-shirt déchiré) que pour le son avec son titre Blank Generation. À New York, le magazine Punk est fondé en 1975 par le dessinateur John Holmstrom, Ged Dunn et Legs McNeil.
Au Royaume-Uni, certains ont pu écrire que des groupes traditionnellement rattachés au courant « pub rock », l'équivalent des garage bands américains au milieu des années 1970, pourraient représenter les prémices de l'explosion punk britannique de 1976-77, en raison de l'énergie de leur musique et de leur vitesse d'exécution ; parmi eux : Doctor Feelgood ou Eddie and the Hot Rods.
Même si le premier groupe punk britannique1 ayant sorti un disque fut The Damned dont le premier single vinyle parut confidentiellement durant l'été 1976 (son titre phare étant New Rose), les véritables débuts du mouvement ont été les premiers concerts des Sex Pistols au Roxy Club et au 100 Club de Londres et l'interview du groupe dans une émission de large audience.Cependant, le manager des sex pistols, malcom mclaren, s'était vivement inspiré de groupe américain pour créer de toutes pièces the sex pistols. Il avait en effet, suivit le groupe New York Dolls en tournée quelques années auparavant, et décida de partir son mouvement plus "anglais" sur sa ville natale.
"I was just this strange guy with this mad dream.I was trying to do with the Sex Pistols what I had failed at with the New York Dolls. I was take the nuances of Richard Hell, the faggy pop side of the New York Dolls, the politics of boredom and mashing it all together to make a statement, maybe the finale statement I would ever make. And piss of this rock and roll scene,that's all I was doing." (Malcolm McLaren,please kill me, uncensored oral history of punk, p.247)
Plusieurs acteurs de la scène musical de ce temps ont pris Sex Pistol pour des enfants à qui ont avait donnés trop de bonbons.Par exemple, Jerry Nolan, batteur de New York Dolls: "One time, I shot Sid Vicious up backwards, pointing the needle down the vein rather than up, and he didn't know you could do that. Scared the shit out of him but he didn't want to say nothing.That was the whole trip about the Pistols.It was all an act. Everything was a fucking act.They were young, they were kid.We were a lot older."Please kill me, unscencored oral history of punk, p.267
Le passage des Sex Pistols et du Bromley Contingent à la télévision a suscité un véritable engouement mais aussi une très vive hostilité (aboutissant à l'interdiction de la plupart de leurs concerts), qui fut l'un des engrais essentiels du phénomène. À partir de là le punk, médiatisé, a enflammé une partie de la jeunesse.
La scène punk londonienne influence notablement la chanteuse allemande Nina Hagen en particulier dans son album Unbehagen, sorti en 1979.
En France, les pionniers du mouvement furent le « petit cercle d'initiés » qui se créa autour d'Élodie Lauten. Revenant du CBGB's à New York, où elle avait entendu Patti Smith « miauler » d'étranges poèmes rock toutes les nuits, elle fit découvrir à ceux qui allaient former Angel Face et European Son (et plus tard, Métal Urbain), à Alain Pacadis et à Patrick Eudeline (qui décida alors de former le premier line-up d'Asphalt Jungle), cette vague explosive qui commençait à envahir la planète.
De son côté, Marc Zermati, qui avait depuis plusieurs mois ouvert une boutique, l'Open Market, rue des Lombards (dans les Halles), où se côtoyaient Iggy Pop, les Flaming Groovies et Doctor Feelgood lorsqu'ils passaient à Paris, et aussi Yves Adrien, organisa, en août 1976, le premier festival punk à Mont-de-Marsan. The Damned clôturèrent les deux journées de délires. Au même moment, Philippe Bone, passant l'été à Londres, ramenait en France le premier single de ce groupe « vinylisé » paru chez un petit label indépendant qui venait juste d'en presser quelques exemplaires. C'est ainsi que New Rose, sur la face A de ce disque, retentit pour la première fois dans un lieu public en France, au Gibus.

Culture punk :

L'expression punk reste associée aujourd'hui à la période 1976-1980, incarnée par les Sex Pistols, The Clash, The Damned, Stiff Little Fingers, Buzzcocks, X-Ray Spex, The Saints, Ramones, Strychnine et Stalag en France, entre autres et à une nouvelle forme d'énergie, d'esthétique et de radicalité prenant le pas sur la contestation hippie de la décennie précédente.
En Angleterre, Malcolm McLaren, le manager des Sex Pistols était vu comme l'initiateur machiavélique et secret du mouvement. On note aussi l'influence du mouvement situationniste et du mouvement Dada dans l'esthétique et l'activisme punk, dominés par une économie de moyens et un sens aigu de l'auto-dérision. Ces courants ont marqué l'avant-garde du mouvement punk britannique, avec les Sex Pistols et leurs « satellites » : le Bromley Contingent (leur cercle rapproché), la boutique Sex de Malcolm McLaren et de la styliste Vivienne Westwood, Jordan, « créature » travaillant pour eux, The Flowers of Romance, etc. Le couple McLaren-Westwood a su habilement faire des Sex Pistols, dont ils se chargeaient de confectionner les tenues, leurs ambassadeurs les plus médiatiques, posant ainsi les fondations de l'apparence punk telle qu'elle reste ancrée dans la culture populaire.
Dans d'autres domaines artistiques, le graphiste Jamie Reid, proche des situationnistes, avait précédemment travaillé dans les revues Suburban Press et King Mob. Les pochettes de disques, dans les mains des graphistes punks, servent d'instrument de détournement des valeurs sociales et de la culture populaire comme la pochette du disque des Dead Kennedys Bedtime for Democracy.
Pourtant la petite histoire a surtout gardé du punk des symboles : les épingles à nourrice utilisées comme bijoux, les coupes de cheveux extrêmes et colorées comme la crête iroquoise (mohawk en anglais) qui n'est d'ailleurs apparue qu'à partir du début des années 80, le piercing (souvent avec des épingles à nourrice), le tatouage et la réappropriation « artistique » des vêtements de masse. Après le punk pauvre est apparu le « punk chic », recyclage commercial et industriel de ce qui en 1977 s'inventait dans la rue.
Au-delà du nihilisme prétendu ou affiché, le punk est un mouvement assez largement créatif et solidaire, un mouvement qui en profondeur semble avoir posé les bases de différentes alternatives sociales et économiques, qui ont parfois réussi à durer.
La scène punk s'est exportée mondialement, a créé une scène propre avec ses labels (Rough Trade, Factory, New Rose, Bondage Records, All or nothing Rec, Folklore de la Zone Mondiale...) et concerts alternatifs autogérés. Les groupes punk alternatifs comme Bérurier Noir ou Crass ont imposé des places de concert moins chères, les Travellers ont inventé des modes de vie alternatifs, le mouvement des squats alternatifs est également issu de l'autonomie active voulue et animée par l'esprit originel du mouvement, qui cherche d'abord à vivre autrement et remet en question le mode de vie bourgeois traditionnel.
La vague punk a vu naître également une presse underground indépendante, les fanzines créés par des amateurs. Aux États-Unis parmi les plus connus : Maximumrocknroll et Flipside, au Royaume-Uni Sniffin' Glue, en France New wave (réapparu en 2004), On est pas des Sauvages, Hello Happy Taxpayers, etc. Chaque scène locale a eu au moins son fanzine édité avec des informations, un graphisme différent, des entrevues avec les groupes locaux ou en tournée. Le magazine Factsheet Five a énuméré et chroniqué les milliers de publications underground des années 1980 et années 1990. Les groupies de punks sont souvent très violentes, prêtes à faire n'importe quoi pour être vues de leurs stars.

Influences et postérité :

Depuis son apparition à la fin des années 1970, le punk côtoie et échange avec d'autres cultures underground comme le reggae, notamment grâce à Don Letts (le punky reggae party de Bob Marley et Lee Perry), ou le ska, pour donner naissance à des groupes comme The Specials, Madness ou The Selecter.
Par ailleurs, il a fortement inspiré, de par ses convictions, des groupes « hybrides », à la frontière du hard rock et du punk tel Motörhead, Nashville Pussy...
Le punk a eu une influence durable sur toute la musique contestataire, dans la continuité de la culture underground des seventies qui subsiste aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Hollande, et dans bien d'autres pays.

Ideologie punk :

La scène musicale punk s'est affirmée à partir de la fin des années 1970, sur les cendres de la pensée hippie et en réaction à celle-ci. Certains leaders punks sortaient des écoles d'art mais nombre d'entre eux étaient chômeurs. On croit souvent que le message punk est nihiliste mais ce n'est pas toujours vrai, bien au contraire les punks sont souvent actifs et engagés, socialement et politiquement (cf Clash, Crass, Bérurier Noir, Dead kennedys, Guerilla Poubelle..).La « philosophie punk » se caractérise par l'esprit de subversion, le « Do it yourself », le détournement des codes, la dérision, la mise en place de structures « alternatives », l'anticapitalisme, la liberté maximale de l'individu et la mise en place d'un cadre de vie comportant le moins de restrictions possibles. On y retrouve aussi des tendances comme :

l'anarchisme.
l'individualisme.
le socialisme.
la libre-pensée.
l'anti-autoritarisme.
l'altermondialisme.
l'antimilitarisme
l'antiracisme.
l'antispécisme.
l'existentialisme.

L'anarchie :

L'idéologie politique la plus souvent associée au punk est l'anarchisme. La majorité des punks pensent que seule une organisation anarchiste permettrait l'accomplissement de leur lutte, pour une vie basée sur la liberté de chacun et le respect mutuel. Une idéologie autre surgit des cendres du punk, mort dans le commerce, l'alcool et la drogue. Une poignée de punks révoltés par la perte de la philosophie punk, qui vers le milieu des années 70 ne se résumait plus qu'à boire de la bière et porter un blouson en cuir de par sa dégradation commerciale, se réunirent autour de l'anarchisme en en faisant leur pilier pour cette lutte en laquelle il croyaient : « Punk is dead! » « Anarchy and freedom is what I want » pour citer CRASS. Ces punks se firent appeler « anarcho-punks » pour se différencier d'un mouvement devenu « beauf » et dans lequel ils ne se reconnaissaient plus. Peu de punks anarchistes se revendiquent uniquement du punk et très peu de punks n'ont pas d'idées anarchistes, car la philosophie punk y est étroitement liée, qu'elle soit anarcho-punk ou pas (voir derniere partie {L'anarchie et l'anomie}.

L'individualisme :

L'individualisme est une conception politique, sociale et morale qui tend à privilégier les droits, les intérêts et la valeur des individus par rapport à ceux du Groupe. Il prône l'autonomie individuelle face aux diverses institutions sociales et politiques (la famille, le clan, la corporation, la caste...) qui exercent sur lui certaines règles. Il s'oppose ainsi à l'obligation du groupe envers lequel l'individu a des devoirs. Il ne faut cependant pas confondre individualisme et égoïsme à courte vue. Car si l'égoïste ne considère que ses intérêts personnels, l'individualiste considère l'intérêt des individus et non le sien uniquement. Par exemple, faire partie d'une organisation n'est pas incompatible avec le principe d'individualisme.

Le socialisme :

Le socialisme désigne un type d'organisation sociale basé sur la propriété collective (ou propriété sociale) des moyens de production par opposition au capitalisme.
Il est l'objectif de divers courants apparus et développés depuis le xixe siècle, et ayant abouti aujourd'hui aux différents courants marxistes et anarchistes, ainsi qu'aux sociaux-démocrates.
Le mouvement socialiste recherche une justice sociale, condamne les inégalités sociales et l'exploitation de l'homme par l'homme, défend le progrès social, et prône l'avènement d'une société égalitaire, sans classes sociales.
Pour leur part, les universitaires Georges Bourgin et Pierre Rimbert définissent le socialisme comme « une forme de société dont les bases fondamentales sont les suivantes :
Propriété sociale des instruments de production ;
Gestion démocratique de ces instruments ;
Orientation de la production en vue de satisfaire les besoins individuels et collectifs des hommes. »

La libre-pensée :

La libre-pensée ou libre pensée (expression attribuée à Victor Hugo dans un discours de 1850) est l'attitude philosophique consistant à refuser tout dogmatisme, religieux ou autre, et à ne se fier qu'à sa raison (rationalisme).
Parmi les libres-penseurs, on trouve des athées, des agnostiques et des rationalistes.

L'anti-autoritarisme :

Selon une certaine vision du punk, l'autorité pousserait les gens à des extrêmes intolérables. Ils considèreraient les polices, le clergé, les gouvernements, et beaucoup d'institutions comme dangereuses et aliénantes. Selon eux, l'autorité mènerait à la corruption et aux abus. Cette vision de l'autorité serait issue de l'idéologie politique anarchiste. La brutalité de la police et la discrimination institutionnelle à l'égard des punks compteraient aussi dans la position des punks face à l'autoritarisme.

L'antimilitarisme :

L'antimilitarisme est la conviction d'opposition d'un individu ou d'un groupe à l'égard des institutions et de l'esprit militaires. Il s'agit donc d'un rejet volontaire et structuré du militarisme. On trouve les origines de cette idéologie dans la philosophie des Lumières et, en particulier, chez Emmanuel Kant dans son ouvrage sur la Paix perpétuelle.
L'antimilitarisme est, entre autres, l'une des positions de base du mouvement anarchiste. En général, les idées antimilitaristes surgissent en période de tensions et lors de conflits armés.
L'antimilitarisme a également influencé la culture populaire et alternative dans la seconde moitié du xxe siècle. La musique hippie (opposition à la guerre du Viêt Nam) et la musique punk qui se revendique souvent de l'antimilitarisme.

L'antiracisme :

L'antiracisme désigne des actions, des mouvements, ou une politique développées pour s'opposer au racisme. L'antiracisme demande un changement politique, économique et/ou social pour éliminer le racisme.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site